Ministère de l'Economie
et des Finances (MEF)
République d'Haïti
MEF - mail
MEF / Le pari pour la modernité et la croissance

Projet de loi de finances 2018-2019

Télécharger le document

Discours d'installation du Ministre Michel Patrick Boisvert

Télécharger le discours

Vision Stratégique 2017-2022 du Ministère de l'Economie et des Finances

Télécharger la Vision Stratégique 2017-2022 du MEF

Taux d'inflation
Juillet 2018 - Juillet 2019
Mois Glissement annuel Variation mensuelle
Juillet 2019 19.1% 1.6%
Juin 2019 18.6% 1.8%
Mai 2019 18% 1.4%
Avril 2019 17.7% 1.7%
Mars 2019 16.8% 0.7%
Février 2019 17.0% 1.7%
Janvier 2019 15.5% 1.6%
Décembre 2018 15.4% 1.5%
Novembre 2018 14.5% 1.4%
Octobre 2018 14.3% 1.5%
Septembre 2018 14.6% 1.5%
Août 2018 14.1% 1.4%
Juillet 2018 13.6% 1.5%
Référence IHSI

MCJM : Investissez en Haïti, chers Indiens

La ministre de l’Économie et des Finances, Marie Carmelle Jean-Marie, a appelé le capital indien à investir massivement en Haïti lors du premier conclave sur les investissements Inde-Amérique latine et la Caraïbe, à New Delhi, ce jeudi 16 octobre 2014. « Un investissement sur deux ans de l’ordre de 500 millions de dollars en Haïti dans le secteur de l’agriculture et de la manufacture nous permettrait d’envisager l’avenir avec un autre regard », a-t-elle tablé en mettant en avant les avantages fiscaux allant jusqu’à 20 ans d'exemption de taxes prévues dans le code des investissements d’Haïti. Comme pour montrer la voie à d’autres investisseurs potentiels, Marie Carmelle Jean-Marie a indiqué que l’entreprise indienne Mahindra vend des véhicules en Haïti. « Cette entreprise est maintenant intéressée à obtenir un accord financier avec Haïti pour investir dans le secteur agricole », a révélé la ministre de l’Économie et des Finances qui, de Washington à New York, jusqu’à Delhi, n’a qu’un mantra à la bouche: « On ne développe pas un pays avec des dons, mais grâce à la croissance et aux emplois générés par les investissements privés. »

Reconnaissant que le développement d’Haïti est aussi plombé, entre autres, par le non-accès au marché des capitaux, MCJM a appelé à plus d’ouverture. « L’accès inégal au marché des capitaux freine le développement de beaucoup de pays du G 7 +, dont Haïti », a-t-elle souligné, affirmant que le plaidoyer en faveur de l’investissement aura des retombées favorables, moins d’une décennie après l’annulation de la dette d’Haïti. Parce que le monde est interconnecté et, malgré la compétition naturelle entre les économies, Marie Carmelle Jean-Marie a appelé au « renforcement de la collaboration Sud-Sud », à la mise en place « d’alliance régionale et globale » pour faciliter le transfert de technologies entre les universités, les centres de recherche.

Face à des pays comme le Brésil, le Mexique, plus attractifs et mieux cotés qu’Haïti dans l’indice Doing Business, MCJM, dans l’esprit du thème du conclave « Croissons ensemble », n’a pas fait un appel du pied, mais des deux mains : « Grandir ensemble, oui ! Donnez-nous seulement la possibilité, dans votre sillage, de profiter de l’appel d’air généré par votre croissance pour prendre notre élan. »
Georges Sassine, manager de la zone franche industrielle de Laffiteau, présent à ce conclave à Lalit hôtel, croit qu’il est important qu’Haïti soit présente à ce genre de rendez-vous qui « créent des ouvertures », « permettent la prise de certaines décisions ». « Je vends Laffiteau à travers Haïti », a expliqué Georges Sassine, fier de souligner que cette zone franche qui est une zone économique spéciale, promeut depuis longtemps par des bailleurs en vue de faciliter les affaires à travers un environnement adéquat. « Nous construisons un grand port qui sera prêt en janvier, mais nous recevons des containers à partir du port de Port-au-Prince que nous entreposons dans nos installations sur la route nationale numéro 1, presqu’en face de la Aciérie d’Haïti. Nous construisons une usine de ciment et une usine d’engrais », a détaillé Georges Sassine, ajoutant que le projet Laffiteau est un investissement de plus de 100 millions de dollars américains. C’est « le seul groupe international haïtien » comportant, à côté du groupe Bigio, des investisseurs haïtiens, jamaïcains, St-martinois. Pourquoi pas des Indiens? a dit Georges Sassine qui croit dans le potentiel économique d’Haïti


Roberson Alphonse

Le Ministre
Michel Patrick Boisvert
Ministre de l'Economie et des Finances

A la une...

Voir plus...
Taux de change
27-mars-2020
Achat Vente
USD 97.9362 99.4518
EUR 108.1490 109.8901
PES 1.8210 1.8503
CAN 69.9230 71.0487
En gourde pour une unité étrangère
Référence BRH